Yoga : séquelles mentales et secte de Sahaja yoga. Laurence, Ste-Agathe-des-Monts

Le 10 octobre 2009

En 1993, j’avais alors 25 ans, et, comme à chaque automne, je cherchais un cours à suivre. J’ai décidé de m’inscrire à un cours d’espagnol proposé par la municipalité de Val-David au Québec. Quand je suis allée m’inscrire à la mairie, on m’a donné un prospectus présentant tous les cours disponibles. J’ai vu « cours de yoga gratuit ». Je me sentais stressée au travail, alors je me suis dis que ça me ferait du bien, ayant entendu parler du yoga comme d’un moyen de relaxation.

Quand je me suis présentée au cours, j’étais un peu intriguée, car il s’agissait de méditation. Il appelait ça « la conscience sans pensée » et on devait fixer une chandelle et la photo d’une indienne. Est venue assez vite la technique de la montée de la kundalini : se concentrer sur le haut de la tête pour se connecter avec l’univers. Les effets de ce premier cours ont été très apaisants pour moi. C’était un vendredi soir, donc après la semaine de travail. Le samedi matin, je me suis réveillée en forme contrairement à d’habitude. Alors j’ai été séduite par cette technique, abstraction faite de l’image de l’indienne qu’il fallait aduler et appeler « Mère ». Je suis donc retournée aux cours suivants.

Puis vinrent les regroupements aux États-Unis où il y avait plein d’indiens (d’Inde) et d’occidentaux habillés en tenue indienne. Il y a eu un regroupement à New-York avec la présence de la fameuse femme indienne qui s’appelait Sri Mataji. Elle faisait du recrutement pour sa secte et elle donnait la « réalisation » aux participants. C’était le terme employé lorsque la kundalini était montée au-dessus de la tête et que l’on ressentait un vent frais en passant notre main au-dessus de la tête. L’ultime étape était un voyage en Inde, avec des mariages arrangés pour les célibataires. Donc il y avait des mariages collectifs entre un(e) occidental(e) avec un(e) indien(ne). Les conjoints étaient choisis par la chef de la secte. La secte s’appelle « Sahaja yoga ».

Quand je n’avais pas envie d’aller aux cours à Val-David, je me sentais coupable. Quand je suis allée aux Etats-Unis, je me disais que c’était une occasion d’apprendre l’anglais, car je n’aimais plus vraiment ça, mais je rationalisais pour me convaincre d’y aller.

Donc, j’ai suivi le mouvement plus ou moins assidûment pendant 3 ans.

Effets secondaires

J’ai commençé à ressentir des sensations bizarres comme une sensation d’eau froide qui se promenait en haut de mon cerveau. J’ai aussi commencé à avoir des hallucinations et je voyais le leader de la branche de Val-David devenir très grand ou très petit. À un autre moment donné, pendant une pratique de méditation avec le groupe, alors que nous terminions la séance, je suis devenue incapable de parler. Je n'arrivais pas à bouger les lèvres et aucun bruit ne sortait de ma bouche alors que je voulais parler. Cela n'a pas duré longtemps.

Et puis, un jour, j’ai vu un reportage de la télévision Suisse Romande, décrivant ce mouvement comme une secte. Le lendemain, j’ai fait ma première crise de panique. J’ai ressenti comme des coups de marteaux en haut de ma tête, venant de l’intérieur et je sentais mes pupilles se serrer. J’étais en auto avec mon conjoint et on s’est rendu à l’urgence de l’hôpital. Les jours qui ont suivi, j’ai fait d’autres crises de panique, mais après celles-ci, je ne retrouvais plus un état de conscience normal. Je ne voyais plus les choses comme d’habitude et je n’arrivais plus à me concentrer. J’avais aussi cette perpétuelle douleur en haut de la tête qui paralysait mes actions. J'ai également perdu beaucoup de poids, je n'avais plus que de la peau sur les os. J'étais souvent essouflée et j'avais des bouffées de chaleur.

Cela c’est produit en 1996 et a duré 3 ans. Ça s’est transformé en dépression. Moi qui aimais tant me promener seule dans la nature, je ne m’y sentais plus bien. J’ai fini par voir un psychiatre qui m’a prescrit des antidépresseurs et des anxiolytiques. J'aimerais aussi mentionné que lorsque j'ai cessé le yoga, les premières années, il m'arrivait de ressentir le goût des aliments de façon beaucoup plus intense.

Mais depuis, je vis toujours avec des séquelles. Quand je suis anxieuse, mon esprit décroche et je ne suis plus fonctionnelle. Alors je ne peux plus travailler, je vis de l’aide sociale. J’ai aujourd’hui 41 ans…

Laurence, Ste-Agathe-des-Monts.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Je comprend comment tu te sens, je suis exactement dans cet etat depuis octobre 1999, jai les symptomes tu decris, dapres moi cest de la depersonnalisation. Ce qui a declanche ta crise de panique est pas le Yoga, cest quand tu as realiser que tu etais dans une secte ca ta vraiment fais peur. Il y a des moyens de reduire les effets recherche sur google.

Anonyme a dit…

Au centre devereux à paris ils savent accompagner les sorties de sectes.

Anonyme a dit…

bonjour,

je suis actuellement dans une situation critique, je ne dors plus je ne mange pratiquement plus, je fais des cauchemars pratiquement toutes kles nuits et des envies de mettre fin a mes jours me tente vienne a l'esprit.

je ne sais plus a qui ou a quoi m'accrocher car tout mes repères familliaux et amicaux ont étaient détruits par cette 'kundalini'!!!!

je suis completement prdu je suis en enfer!!!!

HELP

REVY a dit…

Pourriez-vous nous écrire en détaillant les pratiques que vous avez faites et ce qui s'est passé au juste? dangeryoga@yahoo.fr

cancanche a dit…

bonjour,

j'ai vu le commentaire que tu a laissé sur mon message, ça m'a un peu réconfortée de savoir qu'une personne ayant traversé des états tout aussi étranges que les miens me comprenne, je compatis à ce que tu a traversé,c'est vraiment déstabilisant.
mon message est un peu tardif mais je n'étais pas retournée sur le site danger yoga depuis un moment, j'espère qu'on parviendra à guérir de ces "désordres intérieurs", si je trouve un moyen pour remédier à ces problèmes je diffuserai l'info sur le site,

C. étudiante en sociologie

Bertomeu a dit…

Bonjour
En tant qu'ancien adepte , je comprends le désarrois de cette personne, puis je préciser que j'ai trouvé des informations trés interessantes sur le site Exorciste.net et alors que le yoga semble soucieux d'ouvrir les chakras ou portes
j'ai pu constater qu'au contraire on tendait à les refermer avec un exorcisme de St Benoit par exemple
( une neuvaine par exemple )